Définition du plagiat :

Le dictionnaire français Larousse définit le plagiat en ces termes : « Acte de quelqu’un qui, dans le domaine artistique ou littéraire, donne pour sien ce qu’il a pris à l’œuvre d’un autre. » Autrement dit, le plagiat consiste à faire passer les idées d’une autre personne pour les siennes, sans donner le crédit à l’auteur original. C’est une infraction académique sérieuse, voire même une forme de vol.

La politique de ProFAC vis-à-vis du plagiat :

Le plagiat est strictement interdit à ProFAC et ce, sous toutes ses formes. Il n’a pas de place particulièrement dans un milieu académique qui forme des serviteurs de Dieu qui sont appelés à faire preuve d’intégrité. Les étudiants de ProFAC sont dans l’obligation d’identifier clairement toutes les sources utilisées dans leur travail.

Comment citer et identifier les sources ?

Il existe principalement deux manières de citer une source : la citation directe en utilisant les guillemets, ou alors la paraphrase, qui consiste à reproduire l’idée originale d’une autre personne dans ses propres mots. Dans les deux cas, l’étudiant doit toujours identifier la source de ses citations.

Citation Directe

Dans le cas d’une citation directe, l’étudiant doit toujours utiliser les guillemets pour indiquer clairement que les mots ne sont pas les siens. Il doit ensuite indiquer la source dans une note de bas de page.

Exemple : René Pache écrit : « Les mots traduits par éternel ont le sens fort de durée infinie lorsqu’ils se rapportent à Dieu : l’Éternel (Gn 21.33 ; Es 40.28 ; Rm 16.26). »[1]

Paraphrase

Dans la paraphrase, l’étudiant n’a pas besoin d’utiliser les guillemets. Cependant, il doit quand même identifier la source dans une note de bas de page, précédée du mot ‘Voir.’

Exemple : Dans son dictionnaire biblique, René Pache affirme que le nom l’Éternel contient une forte notion de durée illimitée.[2]

Ici, l’étudiant identifie clairement René Pache comme étant l’auteur de l’idée avancée, tout en utilisant ses propres mots pour l’exprimer.

Conséquences du plagiat

Si un étudiant est convaincu de plagiat, il recevra un avertissement et devra reprendre son travail en citant ses sources. Dans le cas d’une deuxième infraction, l’étudiant devra reprendre son travail en citant ses sources, et recevra la note finale de 70%. De plus, l’étudiant devra écrire un essai de 5 pages sur la nature du plagiat, ses conséquences et comment l’éviter. Dans le cas d’une troisième infraction, l’étudiant sera renvoyé de l’école.

 

[1] René Pache, Nouveau Dictionnaire Biblique (St Légier, Suisse: Éditions Emmaüs, 1992), 437.

[2] Voir René Pache, Nouveau Dictionnaire Biblique (St Légier, Suisse: Éditions Emmaüs, 1992), 437.